La langue du Grand Siècle se porte mal en nos temps de vulgarité triomphante.

Il faudrait ne plus éprouver de honte à dire tout haut son goût pour la langue du Grand Siècle. C’est qu’elle se porte mal en nos temps de vulgarité triomphante. Une odeur de naphtaline nimbe le souci de la langue ; il n’en faut pas davantage pour passer pour affecté. Din La République des Livres. … Citește în continuare La langue du Grand Siècle se porte mal en nos temps de vulgarité triomphante.